Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.
6
exercices de sauvetage

delà de quelques instants n’est pas une allure avantageuse. En outre le coureur de fond fera de la vitesse sur une petite distance, le cas échéant, bien plus facilement que le coureur de vitesse ne fera du fond.

En général, on peut dire que la course « pratique » est celle qui se fait sur 160 à 170 pas à la minute. Si l’on compte le pas moyen à 1m15, cela donne 187 à 195m50 par minute, soit le kilomètre en 5 minutes 43 à 5 minutes 13.

La caractéristique psychologique de la course réside dans le rythme : c’est un exercice d’harmonie. Le contentement y nait de la régularité des foulées et de leur proportionnalité à l’architecture de l’individu. On arrivera peut-être un jour à trouver scientifiquement son propre rythme ; aujourd’hui il y aurait encore trop d’inconnues à dégager de pareilles équations ; mais, en procédant avec prudence, chacun peut déterminer par tâtonnements la cadence favorable.

On y aide en réglant la respiration et en développant l’élasticité ; car ce sont les deux éléments principaux, de la perfection rythmique. La capacité respiratoire importe mais, plus encore, la manière de respirer ; ceux qui ont les narines larges et