Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/182

Cette page a été validée par deux contributeurs.
158
appendice

trois fois. Cela signifie que la poule comprendra quatre assauts d’épée, quatre assauts de sabre, quatre rencontres au pistolet, trois assauts de boxe anglaise et trois assauts de boxe française. Chaque fois, le premier des concurrents appelés ouvrira au hasard un des billets ; les mots inscrits décideront de la forme que devra revêtir le combat. On peut simplifier la poule en n’y admettant que le sabre, l’épée et une espèce de boxe — la compliquer au contraire en y ajoutant la canne. L’épreuve au pistolet suppose ou bien que les concurrents tireront à balles sur des cibles : ce sera alors une sorte de match — ou qu’ils tireront l’un sur l’autre avec les balles de liège récemment inventées ; chacune des deux méthodes a son intérêt.

Le Jiu-Jitsu

On pouvait prévoir que les victoires des armées japonaises auraient pour effet de populariser le Jiu-Jitsu en Amérique et en Europe. Le Jiu-Jitsu est une escrime éminemment utilitaire puisqu’il apprend à mettre très vite et avec peu d’efforts l’adversaire hors de combat. Il s’agit de le « désarticuler » convenablement ; pour cela la force des doigts et la précision du toucher sont indispensables. Ce sont des qualités que les sportsmen du vieux monde ont jusqu’ici négligé d’acquérir ; à tort du reste car si elles sont essentielles en Jiu-Jitsu, leur utilité est incontestable en