Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/160

Cette page a été validée par deux contributeurs.
136
le raid

combinée de l’endurance et de l’adresse, de l’énergie et du savoir-faire à obtenir le meilleur résultat possible, le plus rapidement et dans les meilleures conditions possibles.

Expliquons-nous. Un marcheur s’entraîne régulièrement sur des distances de plus en plus grandes et arrive ainsi à pouvoir fournir une course d’une longueur surprenante ; le jour où il la fournit, fait-il un raid ? Non. Un cycliste abaisse le record du kilomètre dans un vélodrome. Est-ce là un raid ? Non plus. Un parieur audacieux s’enferme dans un tonneau et franchit de la sorte les chutes du Niagara. Exécute-t-il un raid ? Pas davantage. Voici, par contre, un officier de l’armée française, le capitaine Lancrenon qui, il y a quelques années, employa son congé à gagner Saint-Pétersbourg en bicyclette puis à descendre le Volga en périssoire et qui revint enfin chez lui à cheval. Celui-là a fait un triple raid[1].

Il y a, on le voit, un certain air de famille entre

  1. Le capitaine a publié, entre autres documents, la moyenne de ses frais de voyage. Le renseignement est intéressant. Il dépensait 5 fr. par jour en bicyclette, 4 fr. en périssoire et 8 fr. à cheval.