Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/152

Cette page a été validée par deux contributeurs.
128
un qui n’oublie pas

mouvement par le patinage j’ai essayé de la gymnastique matinale. Mais il fait trop froid dans le gymnase et il faut se lever trop tôt. J’y renonce. J’y ai tout de même été 5 fois. J’étais seul. Le moniteur m’ouvrait la porte et retournait se coucher, je crois. Total 10 francs.

Janvier et février. — Rien ; flemme.

Dimanche 17 mars. — Le professeur d’escrime avec qui j’avais travaillé cet automne m’a invité à des poules à l’épée entre ses élèves. Très amusantes. Il y en a eu trois les derniers dimanches. Pas été par trop maladroit. Aux poules on peut toujours escompter l’aide du hasard qui met parfois en face de vous un adversaire mal couvert. Donné : 2 francs.

Lundi de Pâques 4 avril. — Parti samedi en auto avec Philippe, sa femme et sa fille. Jolie excursion de 48 heures. Avons roulé follement. J’ai conduit à diverses reprises et nettoyé la machine avec le chauffeur. Menus frais : 5 francs.

Avril et mai. — Rien.

Lundi 23 mai. (Pentecôte). — Drôle de fugue Henri et moi. Avons été coucher dans une petite ferme-auberge des bois de Viroflay avec nos affaires d’escrime et nous avons ferraillé hier