Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.
104
le maître et le gymnase

utilitaire, trouvera encore un bénéfice en abaissant jusqu’à 120 francs le prix à forfait par élève des 30 après-midi (soit 120 heures) qu’il leur consacrera chaque année[1]. Actuellement, sous le régime des enseignements séparés, ces 120 heures coûteraient plus de 340 francs et il serait impossible d’espérer un résultat suffisant avec moins de 200 à 220 heures.

Le besoin d’un sous-maître pour vingt élèves n’est pas absolu. Si, comme il est à croire, certains élèves sont plus avancés que les autres pour tel ou tel exercice, le professeur pourra en faire des moniteurs et ainsi économiser le sous-maître. D’ailleurs, au manège, à l’école de natation, au stand… il sera tout naturellement suppléé par des maîtres spéciaux.

On ne peut édicter de règles générales pour la

  1. En première année, par exemple, voici son budget. Recettes : 2400 francs. — Dépenses extérieures : Équitation, 480 francs. — Tir, 80 francs. — Aviron et chantier, 180. — Natation, 70. — Atelier, 70. — Frais divers, 150. — Total, 1020. — Reliquat, 1380 francs. Nous parlons, bien entendu, d’un professeur possédant un gymnase et non d’un professeur en chambre.