Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.
102
le maître et le gymnase

Le jour viendra probablement où se créeront des établissements de culture physique comprenant manège, stand, piscine… ; de tels établissements seraient certainement moins coûteux à installer, même dans les pays à climats extrêmes, (le Tattersall de Stockholm en est une preuve) que nombre de ces luxueux Athletic clubs dont se glorifient les sportsmen d’Amérique ; et ils rendraient en même temps plus de services. Ainsi pourrons-nous voir renaître une sorte de gymnase antique approprié aux coutumes et aux besoins du jour mais servant, comme jadis, de centre aux activités fécondes de la jeunesse.

Des années s’écouleront toutefois avant que n’intervienne cette résurrection ; d’ici là, la gymnastique utilitaire devra errer quelque peu, à la recherche des lieux propices et des concours nécessaires.

École ambulante, elle ira de l’atelier aux bains, du manège au stand, du pré à la rivière. Ses gants de boxe et son matériel d’escrime la suivront, ou bien ses perches à sauter, ses balles, ses ballons et ses javelots. Il n’y a pas grand mal à cela. Le plein air y gagnera si le confort en souffre. Les municipalités, les régiments, les salles