Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/82

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
76

même un commencement d’exécution ? Non, sans doute. Alors ne serait-il pas puéril de faire faire chez le tailleur un modèle unique de vêtement ?… Non seulement les vêtements tout faits se répartissent en multiples catégories, mais encore, avant de les livrer à qui les achète, n’est-on pas obligé de reculer ou d’avancer un bouton, de dégager une entournure, de relever une épaule ?… À cela s’ajoute, comme nous venons de le rappeler, l’élément psychologique. Le rôle de la psychologie dans l’exercice physique est intense et il est encore presque inaperçu. Il semble jusqu’ici se réduire à la peur ; et encore, très imparfaitement, on se borne à distinguer le brave et le poltron : c’est bien vite dit et témoigne de classifications enfantines. Il y a toute une échelle de « peurs » avec des caractéristiques et des origines différentes. Qui donc semble s’en douter parmi ceux qui pérorent doctement sur l’éducation du corps ? Mais la peur n’est nullement la seule ou même la plus importante des manifestations psychologiques en cette matière. Le