Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/61

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
55

cent en quelque sorte sous une pression mentale assez exagérée pour devenir dangereuse. Il s’ensuit que la majorité des hommes commencent à éprouver et éprouvent chaque jour davantage le besoin de certains temps d’arrêt ou de repos coupant opportunément la longue période de leur pleine activité. L’état désirable auquel doivent aspirer ces hommes, tant au point de vue de leur bien-être personnel qu’au point de vue de leur productivité plus ou moins grande, est l’équilibre. En regard de la dépense considérable de force nerveuse et mentale qu’exige d’eux la civilisation moderne, il leur faut un approvisionnement équivalent de force musculaire ; l’homme équilibré est, de nos jours, celui auquel la fortune réserve ses faveurs. Il y a donc tout avantage à profiter des périodes de repos dont nous venons d’indiquer la nécessité pour s’approvisionner de force musculaire. Et on le peut d’autant mieux que — en ce qui concerne les bien-portants, et par là nous n’entendons pas ceux, assez rares, qui sont exempts de toutes espèces de misères physiques, mais