Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
42

s’imposeraient à l’ensemble, un courant général se formera poussant à la recherche du calme, à la pratique de la philosophie, à l’effort passionné vers la santé, à la jouissance du beau. Notons-le, il n’y a rien là qui soit le moins du monde en contradiction avec le règne des principes démocratiques. Bien au contraire, ces bases de la vie antique s’accommoderont à merveille d’une certaine simplicité et d’un égalitarisme relatif. Mais lorsque sur de telles bases la civilisation moderne aura retrouvé son équilibre, combien apparaîtront laids, désolés et absurdes les siècles antérieurs. Nos fils admireront non pas que nous ayons vécu sous un tel régime, mais que nous en ayons longtemps témoigné notre satisfaction ; ils s’extasieront devant l’agitation malsaine, le dérèglement mental, le mépris du bon fonctionnement animal et l’incompréhension de l’harmonie qui si longtemps auront dominé une humanité se vantant d’être éclairée et se comparant orgueilleusement à ses devancières.