Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/45

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
39

avantageux de l’exercice et du repos — et ainsi que nous l’expliquions dernièrement, si nous avons ressaisi le mécanisme de l’exercice, il n’en est pas de même de celui du repos dont nous ne savons guère faire un usage intelligent. Par la disposition même du vêtement grec et par la promptitude à se dévêtir, cette question ne se posait pour ainsi dire pas ; quant à celle de l’alimentation, ses aspects évidemment demeuraient rudimentaires et peu variés. Restait l’hydrothérapie dont le principe était proclamé et reconnu, dont les applications toutefois étaient certainement moins fréquentes et moins parfaites que nous ne nous plaisons à le croire.

En tous les cas, rien ne nous manquerait de ce dont les Grecs se servaient pour s’entretenir la santé — rien que cette foi intense, ce désir absolu qui les animaient. Quand nous aurons à notre tour découvert à nouveau que la santé étant le bien suprême, l’effort vers elle est de tous le plus nécessaire, les moyens ne nous feront pas défaut pour y accommoder notre vie et y subordonner nos autres soucis.