Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/43

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
37

Trop de résignation et nous obtenons la philosophie arabe, inactive et molle ; point de bonne humeur, et c’est la philosophie anglaise, sombre et anti-altruiste. Tout espérance, et c’est l’absence de philosophie qui caractérise le peuple français, toujours trop prompt aux illusions et trop sensible aux déceptions. Les Grecs s’efforçaient de réaliser la juste mesure en cela comme en tout le reste. Ils sentaient fort bien que cette mesure correspond au maximum des forces préservées, que la philosophie en un mot doit être pour l’homme une cuirasse assez forte pour le mettre à l’abri, pas assez lourde pour l’entraver. Ils ne tombaient point dans cette erreur de croire que la philosophie ne convient qu’aux cas exceptionnels, aux situations tragiques, aux conflits profonds ; au contraire, ils la jugeaient apte à servir d’auxiliaire dans les minuties déprimantes aussi bien que dans les grandes épreuves de la vie. Les plus sages n’avaient garde de perdre la moindre occasion de s’y exercer.

La santé était aux yeux de tous un bien