Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/265

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
259

Puis la civilisation occidentale évolua ; les « nations armées » prirent la place des armées de métier et il se répéta partout que l’ère des conquêtes, des agressions avait pris fin, que désormais les prises d’armes des peuples auraient pour seul objet la défense du sol et des droits essentiels de la patrie. Or, nous avons assisté, dès l’aurore du xxme siècle, à une série de guerres qui présentent toutes ce remarquable caractère qu’aucune n’a été entreprise pour la défense du sol et des droits essentiels des patries, à moins pourtant que par « droits essentiels » on n’entende l’annexion de la terre du voisin. Il n’y a eu à s’étonner de ces contradictions que les naïfs de l’humanitarisme ou les ignorants de l’histoire ; elles ont réjoui, par contre, la malice des vieux philosophes qui se divertissent à noter les contradictions éternelles entre les actes des hommes et leurs intentions.

Ces guerres récentes n’ont pas été des guerres de volontaires ; en la plupart des pays, sauf l’Angleterre, on n’a pas eu, pour les sou-