Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/257

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’escrime est-elle énervante

ou pacifiante ?

Mars 1912.

C’est une question qu’avant les travaux de Fernand Lagrange personne ne se posait, attendu que personne n’avait l’idée d’envisager certains sports comme pouvant apaiser et d’autres comme pouvant surexciter le système nerveux. Et depuis que l’auteur de la Physiologie des Exercices physiques a passé par là, on ne se la pose pas davantage, parce qu’on la considère comme résolue dans le sens de l’énervement. Or, Lagrange n’a rien dit de pareil. Mais il est exact qu’il a attiré l’attention sur le rôle que joue le cerveau dans la préparation des feintes, des attaques… et il en a conclu que l’escrime était un sport cérébralement fatigant. Il y aurait peut-être lieu d’en appeler de ce jugement. Nous ne voyons là