Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/239

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les sports et la colonisation

Janvier 1912.

Le Durbar impérial de Delhi n’a présenté aucun caractère sportif. Processions, revues, proclamations, hommages d’obédience, tout cela dans le cadre à la fois hiératique et rutilant qui caractérisa de tout temps les solennités hindoues, il n’y avait point de place dans un tel programme pour des matches d’athlétisme. N’empêche que le sport se tenait dans la coulisse et qu’on le respirait partout. À peine couronné, d’ailleurs, le nouvel empereur est parti pour la chasse au tigre, et la chronique de nous apprendre avec complaisance que, dans sa première journée, l’auguste chasseur avait abattu trois de ces redoutables fauves. Georges v est sportif, mais Édouard vii, qui ne l’était nullement, ne manquait guère d’occasions de le paraître, tant sa fonction souve-