Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/22

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
16

de cette question si intéressante et si pleine de profit pour l’avenir. Permettez-moi encore, car tout dans son œuvre serait à retenir et à commenter, de vous citer un bref extrait du chapitre qu’il a consacré à la peur, dans son livre La Gymnastique utilitaire, précieux chef-d’œuvre d’initiation et de vulgarisation et dont on ne saurait trop recommander la lecture et surtout l’application :

« À toutes les formes de la peur, il est un remède unique : la confiance. L’envers de la peur, c’est le courage ; mais c’est la confiance qui en est l’antidote et cela revient à dire qu’on arrivera rarement à en triompher par le seul effort de la volonté. La volonté réussira parfois à engendrer le courage qui se traduit en actes, elle ne saurait créer la confiance qui est un état d’âme. La confiance, d’ailleurs, ne jaillit point comme peut le faire le courage. Elle s’acquiert par gradation, par accumulation ; elle s’effarouche si on la brusque. »

Nous ne pouvons pousser plus avant cette brève analyse de l’œuvre de Pierre de Coubertin. Vous allez lire le livre d’un écrivain de race doublé d’un remarquable psychologue ;