Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/215

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
209

nous venons de décrire, et le rétablissement des Jeux Olympiques a été pendant des années applaudi et même servi par des gens qui approuvaient d’instinct, qui approuvaient sans comprendre. Le « prisme » ne leur était pas encore visible. Plus récemment, la façon dont la doctrine utilitaire, exposée en trois circonstances solennelles à Paris au printemps de 1901 et dans l’hiver de 1902, a somnolé pour prendre tout à coup un essor quasi universel, est un exemple frappant de la vérité de ce que nous avancions tout à l’heure.

Quelle conclusion pratique en doit-on tirer ? Car dans un recueil comme celui-ci plutôt consacré à louer l’action, des spéculations du genre de celle-ci ne sont autorisées que si une morale utilisable par les lecteurs vient à s’en dégager. La morale, cette fois, est claire et nette. C’est qu’en aucun cas, lorsqu’il s’agit d’innover ou de réformer, on ne doit faire abstraction du temps. Sans lui, rien de durable ne peut être fondé ou restauré. Une pareille thèse est faite pour plaire à Paul Bourget.