Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/182

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
176

aux barres parallèles, du cheval à la barre fixe, des poids au saut, de la corde lisse à l’espalier. Miracle ! Je n’étais jamais parvenu en aucun sport à isoler si complètement le cérébral du musculaire. Cette fois la pierre philosophale était trouvée. Mes idées dormaient ; mes membres seuls remuaient comme automatiquement actionnés par la volonté d’un autre. Cette leçon et les suivantes m’ayant fait l’effet de l’hydrothérapie la plus douce et la plus calmante, je me mis à réfléchir sur un pareil phénomène.

iv

La cause de ce repos, c’était la discipline. La discipline est elle reposante en soi ? Non. Elle ne l’est que sous quatre conditions : il la faut volontaire, totale, inhabituelle et brève. Ces caractères s’enchaînent ; le second, par exemple, dépend des trois autres. Le Perinde ac cadaver ne délasse qu’à condition de ne point tourner en servitude et il n’y a de harnais aisé au porter que le harnais qu’on se