Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/181

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
175

y viendra. Seulement là, il faudra abandonner les demoiselles. Le rétablissement n’est pas de leur domaine. C’est justement ce qui l’a fait proscrire. Nos pontifes orthodoxes obéissent à une formule réellement prodigieuse. L’homme et la femme devant être égaux et la femme ne pouvant faire autant que l’homme… eh bien ! l’homme ne fera pas plus que la femme. On dirait que la gymnastique moderne est basée tout entière sur ce précepte. Allons, Messieurs, rétablissez-vous… Les médecins grimaceront, mais les dames applaudiront.

iii

J’ai dit à l’aimable professeur : je viens ici pour me reposer, pour reposer mon cerveau, s’entend. Aussi ne mettrai-je à votre disposition que juste la dose d’intelligence nécessaire à saisir et à exécuter les ordres que vous me donnerez. Je suis un soldat ; je n’ouvrirai pas la bouche. Commandez. J’obéirai. Et une heure durant, j’ai passé sans arrêt du trapèze volant