Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/14

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
8

pays. On y retrouve toute la prud’hommerie et tous les sarcasmes par lesquels les nôtres accueillirent les débuts de la renaissance physique en France. Mais la victoire retardée par l’apathie des uns, la mauvaise volonté des autres, n’en a été que plus brillante, plus décisive.

L’Amérique, cette terre aux races multiples, la vieille Europe elle-même, furent parcourues et secouées par cette sève ardente, et le temps n’est pas éloigné où les contrées de l’Afrique et de l’Asie seront elles aussi entraînées dans le tourbillon sportif.

Le sport ne serait-il pas le vrai remède à la guerre ?

En attendant, nous pouvons dire hardiment que le sport est entré dans nos mœurs et chaque jour nous enregistrons les manifestations croissantes de sa puissance.

Bref, nous sommes en présence « d’un phénomène nettement international qui ne paraît être ni le propre d’une seule race, ni le résultat d’une hérédité quelconque ». Il est certain qu’en déterminer les caractères psychologiques est une étude des plus intéressantes et des plus profitables, d’autant que dans l’antiquité