Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/132

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
126

tement au moyen des mesures appliquées à l’ensemble. Notons en passant qu’en dehors de l’exercice physique, il existe des moyens qu’on pourrait appeler « négatifs » d’améliorer une race, et que ce ne sont pas les moins efficaces. Ainsi la suppression de l’alcoolisme, la diffusion de pratiques efficaces en ce qui concerne le sommeil et l’aération nocturne, contribuent nécessairement, quoique de façon indirecte, à faciliter l’établissement de records plus élevés.

Mais il est clair que la cause la plus fréquente en même temps que la plus énergique est la spécialisation. L’homme qui se spécialise acquiert par là comme une structure nouvelle qui fait de lui, en une certaine manière, un animal différent de ses congénères. Les exemples de spécialisation sportive que nous avons constamment sous les yeux touchent au prodige. Le sport acrobatique du cirque semble parfois supprimer la pesanteur. On médit volontiers de la spécialisation ; on l’accuse de mille méfaits. Sans doute il y a du vrai dans les reproches dont elle est l’objet. Mais ici