Ouvrir le menu principal

Page:Coppée - Contes tout simples, 1920.djvu/17

Cette page n’a pas encore été corrigée


avait inspiré un sentiment. Et cet aveu serait pour elle une grande douceur.

Mais le maniaque Anatole, entré brusquement dans la boutique, prit silencieusement son journal — dont la première page représentait, ce jour-là, le shah de Perse faisant empaler son conseil des ministres — et, jetant deux sous sur le comptoir et un bref bonjour à la marchande, il s’en alla.

Alors la petite papetière poussa un gros soupir ; et personne n’a jamais su son secret.




◄   L’Adoption   ►