Ouvrir le menu principal

Page:Contes tjames, trad. Landes, 1887.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et la jeta sur les cinq montagnes. Dessous ces rotins des serpents gros les uns comme des moyeux de roue, les autres comme des mortiers à riz, d'autres comme la cuisse ou la jambe sortirent comme la tempête.

Hawi Hawëi eut peur du Fort, il l'appela frère aîné et se mit à sa suite. Le Fort seul était l'aîné. Hawi Hawèi et Tire Charrette étaient les cadets. Les trois compagnons partirent ensemble ; ils rencontrèrent l'homme au derrière pointu, ce morveux et l'homme à la grande patte qui tendaient des filets pour prendre du poisson dans la mer ; ils prenaient des poissons grands comme des éléphants et des tigres. Ils en avaient pris une pleine barque. Le Fort, Tire charrette et Hawi Hawëi demandèrent du poisson à l'homme au derrière pointu, au morveux et à l'homme à la large patte. Les trois compagnons eurent peur et se renvoyèrent la balle l'un à l'autre. Le Fort s'adressa au morveux et celui-ci le renvoya à l'homme au derrière pointu.

L'homme à la large patte se mit en colère et dit : Quand les gens vous demandent du poisson, si vous ne voulez pas en donner, refusez et ce sera fini, tandis que vous vous les renvoyez ainsi les uns aux autres. L'homme à la large patte prit une poignée de poisson et la donna au Fort. Cette poignée était d'un demi-bateau. L'homme au derrière pointu se mit en colère, il donna un coup de derrière dans la barque et la défonça. L'eau entra. Le morveux prit de la morve de son nez, en calfata la barque et la voie d'eau fut bouchée. Le Fort, Tire charrette et Hawi Hawëi emportèrent leur poisson et allèrent chercher du feu pour le faire cuire. Ils emportèrent ce poisson dans les villages et voulurent le faire cuire. Les gens des villages voyant cette quantité de poisson dirent tout doucement au Fort qu'ils n'avaient pas assez de bois, qu'il y avait beaucoup de poisson et qu'ils n'avaient pas assez de bois pour faire cuire tout ce poisson.