Ouvrir le menu principal

Page:Contes tjames, trad. Landes, 1887.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V

LES RUSES DU LIÈVRE

[1]


En ce temps, le tigre, le lièvre, la loutre, la poule, l'éléphant, tous en une société, allèrent couper du chaume pour faire une maison, lis allèrent couper du chaume. Arrivés dans la brousse ils laissèrent le tigre au campement et tous les autres allèrent couper du chaume. Le tigre resta au campement, il prit des cerfs et des chevreuils, fit cuire du riz, de la viande, il en fit rôtir une partie et frire l'autre, ensuite il appela ses compagnons et leur dit de venir manger. Ils vinrent manger et firent des compliments au tigre.

Le lendemain l'éléphant, le lièvre, la poule et le tigre laissèrent la loutre au campement pour leur chercher à manger, quant à eux ils allèrent couper du chaume. La loutre resta au campement, elle alla plonger dans l'eau et prit des poissons kadu, hajau et tjarôk, ensuite elle fit cuire du riz, fit sécher

  1. Ce conte se retrouve chez les Cambodgiens (voir Aymonier, Textes khmêrs) et même chez les Annamites qui l'ont emprunté à leurs voisins. (Voir contes et légendes annamites, 48-44.)