Ouvrir le menu principal

Page:Contes tjames, trad. Landes, 1887.djvu/44

Cette page a été validée par deux contributeurs.


autre poisson qui était aussi un klwa. Il cassa un brin de jonc, enfila le poisson par les ouïes et le plaça devant lui. Ensuite il jeta sa ligne à l’eau et se remit à pêcher. Le corbeau vola de nouveau vers lui, enleva son poisson. Le paresseux se mit en colère contre le corbeau et le poursuivit en lui jetant (des pierres). Il chassa le corbeau loin du lieu où il pêchait. Mais le corbeau revint droit à ce lieu et lui enleva encore un poisson qu’il avait placé à côté de lui. Il fut furieux contre le corbeau et ayant pris encore un poisson il lui ouvrit la bouche, urina dedans et le laissa là pour que le corbeau l’emportât.

Le corbeau enleva le poisson et le paresseux l’injuria..... Corbeau qui sais si bien enlever un poisson, maintenant tu enlèves mon urine pour te la faire couler sur la tête. Tu es plus malin que moi, n’est-ce pas ? Après avoir injurié le corbeau il resta à pêcher.

Le corbeau emporta ce poisson à un bassin où se lavait la fille du roi. Là il lui échappa du bec et il le laissa tomber dans le bassin. Le corbeau le chercha et ne le vit plus. Alors il s’envola. Les trois filles du roi étaient venues s’amuser et se laver en cet endroit. L’aînée marchait devant, la seconde au milieu, la plus jeune derrière. La plus jeune ramassa le poisson que le corbeau avait laissé tomber, elle le rapporta à la maison et le fit cuire pour le manger.

Après avoir mangé ce poisson elle devint enceinte. Le roi réfléchit en lui-même et se dit : Ma fille est toute jeune, je ne l’ai jamais laissée aller nulle part, comment se fait-il qu’elle soit enceinte ? Le roi réfléchit et envoya des ordres dans tout le pays, fixant un jour pour que dans tout le pays tous les hommes grands et petits, mariés et célibataires vinssent ce jour-là au palais du roi.