Ouvrir le menu principal

Page:Contes tjames, trad. Landes, 1887.djvu/18

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Noix de Coco répondit : Je les garderai avec succès. Le roi alors dit à la mère : Puisqu’il en est ainsi, soit ! J’accorde à Noix de Coco de rester ici, demain matin il ira garder les buffles. La mère revint à la maison et Noix de Coco resta avec le roi. Quand vint le jour, les serviteurs du roi ouvrirent aux buffles pour que Noix de Coco allât les garder. Ils firent sortir les buffles de l’étable, prirent Noix de Coco et le posèrent sur le dos des buffles. Ensuite ils chassèrent les buffles pour que Noix de Coco allât les garder dans la brousse.

Les serviteurs du roi chassèrent les buffles dans la brousse pour Noix de Coco, ensuite ils retournèrent à la maison. Ils se disaient les uns aux autres par le chemin en revenant : Nous étions une troupe, nous avons conduit ces buffles pour que Noix de Coco les garde, il fera comme nous et il en perdra. Sur le haut de midi la plus jeune des filles du roi porta le repas à Noix de Coco. Elle vit les buffles qui mangeaient réunis en groupe, mais elle ne vit pas Noix de Coco. La princesse cria : Noix de Coco, où es-tu, que je ne te voie nulle part ? Noix de Coco répondit : Me voici ! et il roula jusqu’à la princesse. Ensuite il prit le riz et mangea et la princesse revint à la maison.

Le soir Noix de Coco ramena ses buffles à la maison ; il sauta sur le dos d’un buffle et les ramena à la maison. On y voyait tous les buffles, de tous il ne s’en était pas perdu un seul. Le roi se dit intérieurement : Mes gens étaient toute une bande et cependant ils gardaient ces buffles sans succès. Aujourd’hui voilà ce Noix de Coco sans pieds ni mains qui les garde avec succès. Comment est-il donc fait ?

Le lendemain il ordonna à Noix de Coco de prendre une serpe et lorsqu’il verrait quelque liane de la couper et de l’enrouler autour de la corne d’un buffle et de les rapporter à la