Ouvrir le menu principal

Page:Contes tjames, trad. Landes, 1887.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cet homme, nous reviendrons ensuite manger le maïs. Ils emportèrent donc l'homme. Au milieu du chemin ils se demandèrent les uns les autres : Allons-nous l'enterrer à la montagne du fer, à celle de l'argent ou à celle de l'or ? Enterrons-le, dirent-ils, à la montagne de l'or, ce sera mieux.

Les Krathœn emportèrent le dormeur à la montagne de l'or, montagne qu'aucun homme n'avait vue. Une fois arrivés ils se mirent à creuser une fosse dans laquelle ils mirent le corps de l'homme, mais ils ne l'enterrèrent pas. Ils avaient faim et ils allèrent chercher des fruits se proposant de revenir ensuite pour achever.

L'homme se réveilla et vit que dans la fosse tout était or. Il se saisit d'une brassée d'or, et ensuite referma les yeux et se rendormit dans la fosse. Les Krathœn une fois rassasiés revinrent et se dirent : Ce lieu est trop solitaire pour y enterrer cet homme, rapportons-le au mirador. Ils l'y rapportèrent, et quand l'homme se réveilla, il vit qu'il avait une brassée d'or.

Il revint chez lui, se bâtit une belle maison, acheta des rizières et des terres, engagea des serviteurs et vécut en homme riche.

Le frère aine de cet homme habitait un autre village ; il apprit que son cadet avait trouvé beaucoup d'or. Il vint à la maison de celui-ci et lui dit. : Où as-tu pris tout cet or ? L'autre lui dit : J'avais fait un champ de maïs sur la montagne et je m'étais couché sur le mirador pour le garder. Des Krathœn vinrent et, me croyant mort, m'emportèrent à la montagne de l'or pour m'enterrer. Ils creusèrent un trou et m'y jetèrent. Là je me réveillai et je vis que tout était or, j'en pris une brassée, ensuite je me rendormis dans le trou. Les Krathœn me rapportèrent au champ de maïs. En me réveillant je vis cet or, je revins à la maison et j'achetai des rizières et des terres.