Ouvrir le menu principal

Page:Conquête, J.-B.-R Robinet - Dictionnaire universel des sciences morale.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
603
CONQUÊTE.

ont eu ſur l'Angleterre, ou que celui de Spartacus qui conquit l'Italie. Auſſi les peuples ſubjugués de la ſorte, n'attendent-ils jamais qu'une occafion favorable & le ſecours du ciel, pour ſecouer le joug. Ainſi malgré tout le droit que le Roi d'Aſſyrie prétendoit avoir ſur la Judée par la voie de ſon épée victorieuſe, Dieu aſſiſta puiſſamment Ezechias, afin qu'il ſe délivrât de la domination du victorieux & du Superbe Empire de ce Monarque. Et le Seigneur fut avec Ezechias, qui réuſſit par-tout où il alla. Il ſe rebella contre le Roi des Àſſyriens & il ne lui fut point aſſujetti. Il paroit évidemment par-là qu'en ſecouant un pouvoir que la force & la violence, non le droit & la juſtice ont établi, quoique ceux qui en uſent de la forte ſoient traités de rebelles, on n'offenſe point Dieu en cela, on ne fait que pratiquer ce que ce grand Dieu permet, approuve, autoriſe quand même ſeroient intervenues des promeſſes & des conventions extor- quées & arrachées de force. Si on lit attentivement l'hiftoire d'Achaz & d'Ezechias, on pourra voir un exemple bien juſte ſur ce ſujet & autoriſé du Seigneur. Car il eſt probable que les Aſſyriens ſubjuguerent Achaz & le dépoſerent, & établirent Roi Ezechias du temps & durant la vie de ſon pere & qu'Ezechias fut obligé de conſentir à un traité par lequel il s'engageoit à faire hommage au Roi d'Aſſyrie, & à lui payer tribut.