Page:Conan - La Vaine Foi, 1921.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.


24 mai.

D’autres peut-être trouveraient M. Osborne bien exagéré, bien injuste. Là dessus il me faudrait l’opinion de ceux qui me connaissent le mieux — de ceux qui me voient vivre. — Mais dans ma famille — si aimable pourtant — a-t-on le véritable esprit chrétien ? D’ailleurs, ni à mon père, ni à ma mère je ne pourrais rien dire sans les blesser. Quant à Lydie et à mon beau-frère, mes remords les feraient bien rire.


* * *


31 mai.

Nous étions tous au jardin quand M. Osborne est survenu. Paulette courut à sa rencontre. Elle lui fit de grandes amitiés et voulut absolument lui montrer le nid de merle qu’elle a découvert. C’était gentil de voir cette petite le conduire.

Comme M. Osborne ne se rapprochait point de notre groupe, j’allai à lui. Son visage sombre s’éclaira. Il me regarda longuement, gravement et m’appelant pour la première fois par mon nom de baptême. — Marcelle, murmura-t-il, je voudrais vous parler librement.

Nous prîmes l’allée des pins et avec la tranquille assurance des forts, il me déclara qu’il ne pouvait croire à un refus définitif… que je fini-