Page:Conan - La Vaine Foi, 1921.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sa légèreté me heurta, mais n’est-ce pas le respect humain qui me fit rougir ? Je le crains. Il est parfois difficile de savoir ce qu’on éprouve.

À la maison, j’enlevai l’enfant à la porteuse et le mis entre les bras de Paulette qui, triomphalement, mais avec de grandes précautions, le remit à sa mère.

Si je l’avais choisie entre tous les bébés serait-elle plus jolie, dit Lydie, en découvrant son visage. Doux moment ! Que c’est beau à voir un cœur de jeune mère.


* * *


10 septembre.

Je raffole de ma filleule, je ne me lasse point de la tenir, de l’admirer, ce qui ravit sa mère. Hier, comme je la prenais dans son berceau, elle m’a dit avec une expression charmante :

— Si tu pouvais lui faire un don — comme dans les contes — qu’est-ce que tu lui donnerais ?

Je regardai l’enfant endormie sur mon bras et, après un instant de réflexion, je répondis :

— Je lui donnerais de se rapporter toute à Dieu, sans jamais un retour sur elle-même. C’est te dire qu’elle serait la plus noble, la plus sainte, la plus heureuse créature de la terre.

— Comme tu deviens sérieuse, comme tu deviens austère, me répondit Lydie. Sais-tu que je ne te reconnais plus ? C’est incroyable comme voir mourir t’a changée, t’a mûrie.