Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
59
DU CAPITAINE COIGNET.

des affaires pour des millions ; la foire dure six semaines.

Les affaires de mon maître terminées, nous partîmes après avoir réuni nos chevaux et les avoir dirigés sur Coulommiers. Ce voyage fut long ; nous fûmes deux mois dehors de la maison. Quelle joie pour madame de nous voir arriver !

Mon maître me dit : « Il faut que je fasse une dépense pour nos chevaux, je vais leur faire faire de belles couvertures et des oreillères ; ça les parera ; je veux qu’elles soient à raies. Allons chez M. Brodart de suite ; c’est une dépense nécessaire pour les présenter, « Tout fut terminé dans huit jours. J’étais fier de voir mes beaux chevaux parés de si belles couvertures. Aussitôt, M. Potier part pour Paris, va rendre compte de son emplette à son représentant, annonce que les vingt chevaux étaient chez lui, et que, si monseigneur voulait les voir, il venait le prévenir. « Sont-ils beaux ? dit-il. Dimanche nous serons chez vous à deux heures ; un de mes amis et son épouse et la mienne. Nous serons quatre ; prévenez Mme Potier que je lui mène deux dames. »

Leur belle chaise de poste arrive à deux heures devant la maison. Monsieur et madame les reçoivent et les mènent de suite au salon où se trouvait une collation superbe. Ces dames furent satisfaites du bon accueil de madame ;