Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/520

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vieux grognard, j’éprouvais un saisissement de cœur à la vue de tous ceux que je reconnaissais. Mes membres tremblaient.

Je cours chez mes bons maîtres leur sauter au cou. Mme Potier était au lit. Je demandai la permission de la voir : « Entrez, me cria-t-elle tout émue, entrez tout de suite. Malheureux enfant ! Pourquoi ne nous avoir pas donné de vos nouvelles et demandé de l’argent ? — J’ai eu grand tort, Madame, mais vous voyez qu’en ce moment je ne manque de rien. Je suis votre ouvrage. Je vous dois mon existence, ma fortune ; c’est vous et M. Potier qui avez fait de moi un homme. — Vous avez bien souffert ? — Tout ce qu’un homme peut endurer, je l’ai enduré. — Je suis heureuse de vous voir sous un pareil uniforme. Vous avez un beau grade ? — Capitaine à l’état-major de l’Empereur et le premier décoré de la Légion d’honneur. Vous voyez que vous m’avez porté bonheur. — C’est vous, c’est votre bon courage qui vous a sauvé. Mon mari se fait une fête de vous présenter à nos amis. M. Potier m’accueillit, de son côté, comme un bon père. Il voulut voir mes chevaux. Après les avoir tous passés en revue : « En voilà un, dit-il, qui est bien beau, il a dû vous coûter cher. — Il ne m’a rien coûté du tout, qu’un coup de sabre donné à un officier bavarois à la bataille de Hanau. Mais je vous conterai cette histoire-là en dînant. — C’est cela. Après dîner,