Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/507

Cette page a été validée par deux contributeurs.


très sérieuse. Elle fut obligée de se former en carré pour résister à l’effort des ennemis. Bonaparte l’abandonna dans cette position terrible. On prétendit qu’il voulait la laisser écraser. Voici pourquoi. Lors de la bataille de Montebello, cette demi-brigade, ayant été poussée au feu par le général Lannes, commença par fusiller ses officiers. Les soldats n’épargnèrent qu’un lieutenant. Je ne sais au juste quel pouvait être le motif de cette terrible vengeance. Le Consul, averti de ce qui s’était passé, cacha son indignation. Il ne pouvait sévir en face de l’ennemi. Le lieutenant qui avait survécu au désastre de ses camarades fut nommé capitaine, l’état-major recomposé immédiatement. Mais néanmoins on conçoit que Bonaparte n’avait rien oublié.

Vers les cinq ou six heures du soir, on nous envoya pour dégager la 24e. Quand nous arrivâmes, soldats et officiers nous accablèrent d’injures, prétendant que nous les avions laissé égorger de gaieté de cœur, comme s’il dépendait de nous de marcher à leur secours. Ils avaient été abîmés. J’estime qu’ils avaient perdu la moitié de leur monde, ce qui ne les empêcha pas de se battre encore mieux le lendemain.


Description de l’uniforme de la Garde. (Voir page 150, ligne 11.) — Rien de plus beau que cet habillement. Quand nous étions sous les ar-