Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/501

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
462
les cahiers

brave ! c’est une raison de plus pour qu’il soit bien défendu. » Ces paroles et les miennes furent consignées dans le journal.

Je portai ce drapeau pendant trois ans, et je puis dire que j’ai souffert ; tous les fourriers et caporaux m’écrasaient les pieds, étant pris de vin les trois quarts du temps. Heureusement, on me donna un aide nommé Charbonnier, ancien gendarme décoré ; sans lui, je n’aurais pas pu faire mon temps.

Le duc d’Orléans, rentré à son hôtel, prit des informations sur mon compte, et le lendemain nous fûmes lui faire la conduite avec le drapeau. Arrivé à Paris, il rendit compte de sa mission et lui parla de moi. Le Roi voulut éclaircir cette affaire, fit demander mes états de service au ministère de la guerre, et trouva que j’avais fait toutes les campagnes. Il envoya à la chancellerie pour s’assurer si réellement j’avais été décoré le premier ainsi que je l’avais dit à son fils ; tout lui fut affirmé. Il vit que j’avais été nommé officier de la Légion d’honneur le 5 juillet 1815 par le gouvernement provisoire. J’ignorais que j’avais intéressé le duc d’Orléans en ma faveur ; je ne le sus qu’en janvier 1847.

Les vieux légionnaires de toute la France faisaient des pétitions à la Chambre des députés pour réclamer notre arriéré des sept ans que les Bourbons avaient retenu. Auxerre ne man-