Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/453

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
414
les cahiers

d’Enfer, et la vous recevrez des ordres pour passer la Loire à Orléans. »

Arrivé à la barrière d’Enfer où l’armée était réunie, je trouvai le maréchal Davoust à pied, les bras croisés, contemplant cette belle armée qui criait : « En avant ! » Lui, silencieux, ne disait mot ; il se promenait le long des fortifications, sourd aux supplications de l’armée qui voulait marcher sur l’ennemi. Nos soldats voulaient se porter sur l’ennemi qui avait passé la Seine, une partie sur Saint-Germain, l’autre sur Versailles, tandis que nous n’avions que le Champ de Mars à traverser pour gagner le bois de Boulogne. Avec notre aile gauche sur Versailles, il ne serait resté pas un Prussien ni un Anglais devant la fureur de nos soldats. Le maréchal Davoust ne savait quel parti prendre ; il fit appeler les généraux de la vieille garde et donna ordre au général Drouot de montrer l’exemple à l’armée, disant qu’il ferait suivre son mouvement et partir sur-le-champ pour Orléans. Notre sort fut ainsi décidé. Les vieux braves partirent sans murmurer ; le mouvement commença, notre aile droite sur Tours et l’aile gauche sur Orléans. Les ennemis formèrent de suite notre arrière-garde, et ils eurent la cruauté de s’emparer des hommes qui rejoignaient leur corps et de les dépouiller, ainsi que les officiers. A notre première étape, ils nous serraient de si près, que l’armée fit demi-tour et tomba sur leur