Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/421

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
382
les cahiers

profond silence. J’entendis mes adversaires déclamer et blasphémer contre moi. C’était terrible de me voir vilipender par l’avoué Chapotin. Je ne soufflais mot. Chapotin s’adressait ainsi au tribunal : « Le voilà, en me montrant, ce lion rugissant qui fait trembler ces malheureux par sa présence ; je l’ai vu à Auxerre, il y a deux ans, faire la belle jambe le soir. »

Heureusement, je me vengeais sur ma tabatière ; je fourrais des prises de tabac dans mon gros nez, les unes sur les autres. Mais il était temps que Chapotin finisse ; enfin, je repris mon sang-froid, je demandai la parole au président : « Je prie le tribunal de remettre ma cause à huitaine pour me justifier des calomnies de M. Chapotin par mes lettres de services. » Tout me fut accordé. Je rentrai chez moi ; je pris de suite mes lettres de service avec brevets et certificats à l’appui.

À la huitaine, mon procès fut appelé ; je portai tous mes papiers sur le bureau du président, et me retirai sans dire mot. Voyant tous ces papiers, il les examine ; après les avoir compulsés, il en fit part à ses juges, et il interpella Chapotin : « Monsieur Chapotin, répondez. Étiez-vous à telle époque dans telle et telle ville ? — Non, Monsieur le Président. — Eh bien, le capitaine Coignet y était ; en voilà la preuve par ses lettres de service. Il était loin d’Auxerre à cette époque, il défendait sa patrie et vous l’avez injurié, vous