Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/40

Cette page a été validée par deux contributeurs.


PREMIER CAHIER

mon enfance. — je suis tour à tour berger, charretier, garçon d’écurie, homme de confiance chez un marchand de chevaux.


Je suis né à Druyes-les-Belles-Fontaines, département de l’Yonne, en 1776, le 16 août, d’un père qui pouvait élever ses enfants avec de la fortune[1].

Mon père eut trois femmes : la première a laissé deux filles ; de la seconde, il lui est resté quatre enfants (une fille et trois garçons). Le plus jeune avait six ans, ma sœur sept ans, moi huit, et mon frère aîné neuf ans lorsque nous eûmes le malheur de perdre cette mère chérie. Mon père s’est remarié une troisième fois ; il épousa sa servante qui lui donna sept enfants.

Je fais le portrait de mon père : il était aimable, sobre, n’aimant que la chasse, la pêche et les procès ; enfin c’était le coq de toutes les filles et femmes de toutes classes. En dehors de ses trois femmes, il lui a été reconnu vingt-huit

  1. Fortune ne doit pas être pris ici dans le sens littéral. Il ne faut pas oublier que c’est un paysan qui parle.