Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/387

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
348
les cahiers

HUITIÈME CAHIER

je suis nommé capitaine. — campagnes de 1813 et de 1s14. — les adieux de fontainebleau.


Le général faisait part, tous les jours, des nouvelles de Paris et de l’armée qu’on mettait sur pied. L’Empereur arriva dans le but d’opérer sa jonction avec le vice-roi, mais il fut trompé dans son attente ; les Russes et les Prussiens furent au-devant de lui à marches forcées, nous laissant tranquilles dans notre camp. Ils longèrent notre gauche sans être aperçus, atteignirent l’Empereur et lui livrèrent bataille. Lorsqu’il se vit attaqué, il fit ses dispositions de défense, et en même temps fit partir un de ses aides de camp à toute bride pour informer le prince Eugène qu’il était aux prises. Celui-ci prit les ennemis en flanc ; ils furent forcés de battre en retraite sur la route de Lutzen. L’armée continua sa marche sur Leipzig ; le corps du maréchal Ney formait l’avant-garde. C’est le 2 mai qu’eut lieu la bataille mémorable de Lutzen dont le succès fut dû à l’infanterie française, et principalement à la valeur de nos jeunes conscrits, malgré l’absence de toute cavalerie. On ne peut se faire une idée de