Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/371

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
332
les cahiers

nous sommes quittés qu’à la mort, c’est-à-dire que je suis resté seul.

Je suivais mon général, toujours au plus près de la vieille garde et de l’Empereur. Lorsque nous fûmes atteints par les Russes, il fallait se concentrer le plus possible. Tous les jours les cosaques faisaient des hourras sur la route, mais tant qu’il y eut des a :mes dans les rangs, ils n’osaient approcher, ils se mettaient sur le côté de la route pour nous voir passer, mais ils couchaient dans de bons logements et nous sur la neige. Nous partîmes de Smolensk avec l’Empereur le 14 novembre. Les Russes nous serraient de près le 22 ; il apprit que les cosaques venaient de s’emparer de la tête du pont de Borisow et se vit forcé d’exécuter le passage de la Bérézina. Nous passâmes devant le grand pont que les Russes avaient brûlé à moitié ; ils étaient de l’autre côté à nous attendre dans les bois et dans la neige. Sans échanger un seul coup de fusil, nous étions déjà dans la misère. A une heure de l’après-midi, 26 novembre, le pont de droite fut achevé et l’Empereur fit immédiatement passer sous ses yeux le corps du duc de Reggio et le maréchal Ney avec ses cuirassiers. L’artillerie de la garde passa avec les deux corps et traversa un marais heureusement gelé. Afin de pouvoir gagner un village, ils repoussèrent les Russes à gauche dans les bois et donnèrent le temps à l’armée de passer