Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/354

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sel ; des milliers de sacs fermaient cette belle entrée ; quant à la rue, on la traversait entre des fournaises ; tous ces beaux magasins étaient en braise, surtout un entrepôt de sucre. On ne peut se figurer un pareil embrasement de feux de toutes couleurs. Il fallut tourner la ville pour se rendre maître des hauteurs ; puis nous restâmes à Smolensk quelques jours. Pour sortir, il faut descendre une pente très rapide, traverser un pont et tourner de suite à droite. C’est le cas de dire que Smolensk nous coûta cher et aux Russes davantage ; les pertes de part et d’autre furent considérables. De Smolensk à Moscou on compte 93 lieues, toujours dans de grandes forêts. C’est le 19 août qu’eut lieu le combat soutenu par le maréchal Ney à Valoutina, dans lequel le général Gudin fut frappé mortellement d’un boulet. Les Français et les Russes éprouvèrent dans cette affaire des pertes qui furent évaluées de chaque côté à plus de sept mille hommes ; on peut dire que c’était une bataille et non un combat. L’Empereur reçut un courrier de cette affaire, et apprit que le maréchal Davoust avait dépassé la ligne de bataille de trois lieues ; il avait franchi une foret sans la fouiller et pouvait se faire couper par les Russes. L’Empereur le prévut et me fit partir pour le faire rétrograder. Arrivé près du maréchal, je lui remets mes dépêches ; sur-le-champ il fait faire demi-tour à sa réserve, et donne des ordres de re-