Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ses au milieu de bois fourrés. L’Empereur fut enchanté d’une pareille chasse ; il avait fait préparer un enclos près de la route de Paris pour déposer ces animaux vivants. C’était une rotonde haute et solide ; par le moyen d’une porte coupée, on reculait la voiture, et ces furieux tombaient dans la rotonde. Voilà notre deuxième chasse qui fut continuée pendant quinze jours ; il y eut de pris cinquante sangliers et deux loups en vie.

Dans cet enclos, on avait construit un amphithéâtre sur pilotis avec des fauteuils autour pour contenir toute la cour. On arrivait par une pente douce au milieu de l’enclos, sous une belle tente ; des factionnaires étaient placés pour empêcher d’approcher. La cour arrive à deux heures. Il fallait monter sur les sapins pour voir tous ces furieux sauter après les palissades. L’Empereur commença ; il ne tirait pas sur les loups ; ils restèrent les derniers et faisaient des sauts jusqu’au haut des palissades. L’Empereur permit à tous les principaux de sa cour de finir cette fête, et tous les sangliers furent partagés à sa garde et nous fûmes bien régalés ; il s’en réserva trois des plus gros.

Il donna ensuite l’ordre à ses gardes d’aller reconnaître la quantité de cerfs, les âges de chaque cerf, et de lui en faire le rapport. Au bout de deux jours, la découverte était faite par numéros, les âges de chacun se connaissant au