Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/275

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
236
LES CAHIERS

Les gendarmes les gardaient rangées sur un rang à droite de la route ; on était distribué par compagnies dans un ordre parfait ; on montait suivant ce que devait contenir la charrette (s’il y avait trois chevaux, c’était douze hommes). Arrivés aux relais, on donnait cinq francs par collier, et si le cheval périssait, trois cents francs étaient payés de suite. A la descente de la troupe, les payeurs se trouvaient pour tout solder ; d’autres charrettes étaient prêtes pour repartir. Les billets de rafraîchissements étaient donnés par compagnies ; les habitants étaient à l’arrivée du convoi avec le billet du nombre d’hommes qu’ils devaient avoir pour les faire manger, et les emmenaient de suite pour se mettre à table. Tout était prêt partout ; nous n’avions que trois quarts, d’heure pour manger, et il fallait de suite partir. Le tambour-major était servi sur la place, jamais en retard. En partant, le bataillon s’allongeait sur la route de manière que chaque compagnie se trouvait en face de ses charrettes pour y monter et distribuer les ordinaires. Il n’y avait pas une minute de perte, chacun étant pénétré de son devoir. Nous faisions 25 lieues par jour, c’était la foudre qui partait du midi pour se porter au nord. Ce grand trajet de Limoges à Versailles fut bientôt fait.

Arrivés aux portes de cette jolie ville, on nous fit descendre des charrettes pour faire l’entrée il fallut remonter nos fusils, et traverser cette