Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/223

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
184
LES CAHIERS

le plateau. Sur le bord de ce précipice, il fallait nous placer à tâtons ; personne ne se voyait. Il fallait faire le plus grand silence ; l’ennemi était près de nous. On nous fit mettre de suite en carré, l’Empereur au milieu de la garde. Notre artillerie arrivait au pied de cette terrible montagne, et, ne pouvant pas la franchir, il fallut élargir le chemin et couper les roches. L’Empereur était là qui faisait travailler le génie, il ne quitta que lorsque le chemin fut terminé et que la première pièce de canon passa devant lui attelée de douze chevaux, sans parler ni faire le moindre bruit.

On montait quatre pièces par voyage, et on les mettait de suite en batterie devant notre front de bandière. Puis, on retournait avec les mêmes chevaux au pied de cette montagne pour les atteler à d’autres. Une partie de la nuit fut employée à ce pénible travail, et l’ennemi ne s’en aperçut pas.

L’Empereur se plaça au milieu de son carré, et nous permit de faire deux à trois feux par compagnie. (Nous étions deux cent vingt par compagnie.) Il nous fut permis de partir pour aller chercher des vivres (à vingt par compagnie). Le voyage n’était pas long ; nous pouvions jeter une pierre du haut dans la ville. Toutes les maisons étaient désertes ; ces pauvres habitants avaient tout abandonné. Nous trouvâmes tout ce dont nous avions besoin : surtout du vin, du su-