Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.
xi
AVANT-PROPOS.

la personnalité de Coignet tous les renseignements qu’il pourrait recueillir.

Une double réponse arriva bientôt. — D’une part, l’imprimeur déclarait que l’impression n’avait pas été faite sur le manuscrit original, reconnu défectueux. De son côté, M. Molard, bibliothécaire d’Auxerre, me communiquait avec une obligeance parfaite de précieux détails, et me comblait de joie en m’annonçant que le précieux original n’était point perdu.

J’appris ainsi qu’un avocat de la ville avait préparé pour l’impression les premiers chapitres. Le travail, qu’il n’avait pas voulu continuer, avait été mené à bonne fin par un de ses confrères, non sans peine, à cause des entêtements d’un auteur peu familiarisé avec les exigences de la publicité. Tiré à peu d’exemplaires, le livre est devenu rare par suite d’une particularité assez curieuse.

Sur la fin de sa vie, Coignet était resté l’habitué d’un café très fréquenté par les voyageurs de commerce que divertissaient ses récits d’aventures. Cette clientèle, sans cesse renouvelée, avait suffi à l’écoulement de l’édition. Un nouveau venu ne paraissait point sans que Coignet liât