Page:Cocteau - Le Coq et l’Arlequin.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



¶ Méprise l’homme qui veut qu’on l’applaudisse, et méprise l’homme qui souhaite qu’on le siffle.


¶ IL FAUT ÊTRE UN HOMME VIVANT ET UN ARTISTE POSTHUME.


¶ La vérité est trop nue ; elle n’excite pas les hommes.


¶ Un scrupule sentimental qui nous empêche de dire toute la vérité en fait une Vénus qui se cache le sexe avec la main. Or la vérité montre son sexe avec sa main.


¶ Satie disait : « Je veux faire une pièce pour chiens et j’ai mon décor. Le rideau se lève sur un os. »

Pauvres chiens ! c’est leur première pièce. Ensuite on leur donnera des spectacles plus difficiles, mais on reviendra toujours à l’os.


¶ Tout « Vive Un Tel ! » comporte un : « À bas Un Tel ! » Il faut avoir le courage de cet « À bas Un Tel ! » sous peine d’éclectisme.