Page:Claudel - Trois poëmes de guerre.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.


TANT QUE VOUS VOUDREZ,
MON GÉNÉRAL !