Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/99

Cette page a été validée par deux contributeurs.


corps s’était couvert de poils. Tel Ésaü, selon l’Ancien Testament, était velu comme un manteau de poil.

Ses ongles devinrent durs comme le fer. Depuis longtemps déjà il avait cessé de se moucher. Il prit de plus en plus l’habitude de marcher à quatre pattes, et il était étonné de ne pas avoir remarqué autrefois que cette façon de marcher est la plus commode et la plus séante.

Il perdit bientôt la faculté de prononcer des sons articulés et il s’appropria un certain cri aigu qui tenait du sifflement, du coassement et du rugissement.

En un mot il avait tout ce qui fait une bête accomplie, sauf la queue.

Il se dirigea vers son parc où jadis il promenait sa petite personne et sa peau blanche.

Il grimpa comme un chat sur la cime d’un arbre et se mit à l’affût. Il vit quel-