Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/95

Cette page a été validée par deux contributeurs.


imbécile ? Était-il possible que cette immutabilité dont il était si fier s’appelât, de son vrai nom, stupidité et imbécillité ? Était-il possible qu’il eût suffi de cette immutabilité pour que les impôts et contributions cessassent d’être payés et pour que le marché cessât d’être pourvu de la moindre livre de farine et du moindre morceau de viande ?

Or, comme notre pomèchtchik était stupide, pendant un moment il fut ravi de joie en songeant à la bonne farce qu’il avait faite ; mais il se souvint aussitôt des paroles de l’ispravnik : « Savez-vous ce que cela va vous attirer ? » et il n’eut plus envie de rire du tout.

Selon son habitude, il se mit à marcher en long et en large dans son appartement, et il se disait tout le temps : « Qu’est-ce que cela va m’attirer ? Ne serait-ce pas quelque internement, par exemple à Tche-