Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/91

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il passa ainsi son temps à faire des riens jusqu’à la tombée de la nuit, puis il se coucha.

Il eut en dormant des rêves encore bien plus agréables que ceux qu’il faisait éveillé. Il rêva que le gouverneur de la province en propre personne, ayant eu connaissance de son immutabilité pomèchtchikale, avait demandé à l’ispravnik, chef de la police du district : « Quel est donc cet homme de tête qui fait si grande figure dans votre district ? »

Il rêva ensuite qu’en récompense de cette même immutabilité, il avait été choisi comme ministre par le souverain, qu’il avait la poitrine chamarrée de décorations et qu’il écrivait des circulaires ainsi conçues : « De la fermeté ! Pas de concessions ! »

Ensuite il rêva qu’il se promenait le long des rives du Tigre et de l’Euphrate.