Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rithméticiens. Pour être reçu dans la bonne compagnie il fallait d’abord avoir volé. Un grand seigneur était fatalement un homme assez ordinaire, tandis qu’un valet était nécessairement un homme de génie.

C’est précisément à ce point-là qu’en sont les auteurs russes.

Tourguénieff, dans Pères et Enfants et dans Terres vierges, a dépeint les gentilshommes comme des sots et des niais.

Au contraire, ses nihilistes sont au fond de braves gens. Leurs plus graves défauts sont de fumer beaucoup et d’être vêtus sans élégance ; mais, quand on a fermé le livre, on conserve d’eux une impression sympathique.

Dans les écrits de Chtchédrine c’est encore bien autre chose !

Les fonctionnaires, les nobles, les généraux, les gouverneurs de provinces, sont