Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.


moujiks, on n’allume plus le feu dans ma cuisine. »

Les généraux entrèrent tellement en colère que leurs dents en claquèrent.

« Mais tu n’es pas sans manger toi-même quelque chose à tes repas ? lui objectèrent-ils avec vivacité.

— Je me nourris du premier morceau cru qui me tombe sous la main. Goûtez donc de ces nonnettes.

— Mais, l’ami, tu n’es qu’un imbécile, » dirent les généraux et, sans vouloir jouer davantage aux cartes, ils rentrèrent chacun chez soi.

Voilà notre pomèchtchik traité d’imbécile pour la seconde fois.

Cela faillit lui donner à réfléchir ; mais au même moment le jeu de cartes lui tomba sous les yeux. Il le prit machinalement, recommença sa patience accoutumée, et, entamant à lui seul une discus-